Méditations

Cinq façons d’affronter la tragédie

C’est un choix qui nous rend libres

Ecrit par Janet Perez Eckles on 12/05/2020
Series: Méditations

et pardonnez-nous nos dettes, comme nous avons pardonné à nos débiteurs

Matthieu 6:12

Les larmes coulaient.

L’éloge funèbre pour ce jeune homme évoquait des sanglots qui résonnaient dans toute la pièce. Quand un jeune homme meurt de façon inattendue, le choc apporte une douleur indicible.

Lui et mon fils, Joe, ont grandi ensemble et sont restés de proches amis. Mon Joe était dans la gloire du ciel depuis 2002, et maintenant son ami proche l’avait rejoint pour partager le paradis inimaginable.

Ils jouaient tous les deux au football, ils faisaient tous les deux des choses malicieuses, ils avaient tous les deux une passion contagieuse pour la vie. Et ils ont tous les deux garanti leur vie éternelle comme ils ont chacun invité le Christ à être leur sauveur.

Bien que nous le savions, ils étaient tous les deux au paradis avec une joie débordante, leurs familles encore sur la terre se demandaient quoi faire de cette tragédie.

Et c’est compréhensible. Toutes les crises ébranlent nos sens. Toute douleur inattendue change le cours de la vie. Mais toutes les crises n’ont pas besoin d’être des tragédies.

Cinq perspectives qui empêchent les crises de se transformer en tragedies

  1. Le triomphe survient lorsque nous choisissons d’être des vainqueurs plutôt que des victimes.
  2. Le blâme donne le pouvoir à la douleur.
  3. Le ressentiment répète la douleur de la blessure.
  4. Le refus de pardonner est la chaîne qui nous tient liés.
  5. Le pardon est le choix qui nous rend libres.

J’ai adopté ces idées en 2002, lorsque mon plus jeune fils a été assassiné. La loi était insensée. Le chagrin était profond. Le changement était insupportable. Mais la liberté était réelle.

La liberté qui nous a remplis ce premier Noël après la perte de notre fils est venue dans une boîte-cadeau appelée le pardon.

Mon mari et moi avons pris cette decision

Ce qui nous a incités à obéir à Dieu était un désir honnête.

Matthieu 18:23-35 nous a parlé personnellement:

C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée. 

Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.

Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai.

Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait. Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé. Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi ? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait. 

C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son Coeur.

Je prie pour que cette écriture vous parle de la façon dont elle nous a parlé.

Utilisé avec la permission de Janet Perez Eckles, Global Media Outreach. Cet article a été publié pour la première fois le 14 décembre 2018 à janetperezeckles.com.


Priez:

Père, j’ai besoin de la sagesse pour continuer à pardonner. Pour continuer à me souvenir de ce que Tu as d’abord pardonné en moi. Continuer à recevoir Votre grâce pour pardonner l’impardonnable. Au nom de Jésus, amen.


Quelle blessure ou quel chagrin avez-vous souffert ? Vivez-vous dans la liberté du pardon? Comment résoudrez-vous l’orgueil qui vous empêche de pardonner?

Vous Connecter

Aimez-vous?

Avez-vous trouvé ceci interessant? Inscrivez-vous pour recevoir une méditation chaque semaine.

Inscrivez-vous