Méditations

Ne parlez jamais aux étrangers ?

Partageons Jésus avec ceux que nous connaissons.  

Ecrit par GodLife on 18/09/2018
Series: Méditations

Comme il fallait qu’il passât par la Samarie, il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure. Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit : Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. Jésus lui répondit : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive.

Jean 4 :4-10

Bien que la plupart de notre évangélisation personnelle a lieu probablement dans le contexte d’une sorte de relation (copain, membre de famille, collègue, voisin, camarade de classe, coéquipier, etc.), il y'a de nombreuses occasions que nous avons à travers notre vie d’intéresser des étrangers à la Bonne Nouvelle, juste comme Jésus l’a fait avec la femme samaritaine en Jean 4. 

Manquer ces occasions, c’est manquer la main de Dieu dans notre vie quotidienne.  Je crois qu’il arrange constamment des moments où des conversations intentionnelles concernant l’Évangile peuvent avoir lieu. 

L’évangile a de la puissance

Après que la femme au puits est rentrée en ville pour proclamer sa nouvelle foi en Christ, il a dit à ses disciples stupéfaits (un rabbin ne parlerait jamais à une femme dans cette culture, encore moins une femme samaritaine, comme a fait Jésus) : « Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson ?  Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. »  (Jean 4 :35) De la même manière, nous devons nous réveiller et regarder autour pour voir le champ prêt pour moissonner autour de nous chaque jour… au restaurant que nous fréquentons, au supermarché où nous faisons nos courses, au gymnase où nous faisons de l’exercice. 

Une des plus grandes bénédictions que cela apporte est un rappel de la puissance de l’évangile.  Romains 1 :16 nous dit : « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. »

Il y a quelque chose de fondamentalement puissant dans le message de Jésus, à tel point que l’évangélisation qui apparaît dans le Nouveau Testament se concentre sur Jésus et les disciples qui touchent des parfaits étrangers avec la Bonne Nouvelle.  C’était des gens qu’ils ont rencontrés en chemin.  C’était des pêcheurs, des percepteurs d’impôts, des messieurs et mesdames Dupont qui avaient besoin de ce message d’espoir. 

Ces mêmes personnes sont autour de nous aujourd’hui.  Dans notre culture de grand stress et de petit espoir, les gens ont besoin plus que jamais du message de l’Évangile.

Je sais bien que nous sommes appelés à faire des disciples (et non pas seulement des convertis) et je suis convaincu que l’on peut faire le mieux cette tâche dans le contexte d’une relation, donc je crois que la grande partie de nos efforts évangéliques devraient se concentrer sur les gens que nous connaissons et que nous sommes en train de connaître.  Car une fois qu’ils viennent à Christ, nous pourrons les aider à grandir en Christ afin qu’ils puissent eux aussi faire des disciples. 

L’histoire d’un cœur changé

Il y a plusieurs années j’ai vécu dans le nord du Québec afin d’apprendre la langue française.  Pendant les premières étapes de cette tâche difficile, j’ai rencontré un camarade de classe qui s’appelait Raul, qui était venu de Colombie pour apprendre le français.  Dieu m’a clairement poussé à partager l’Évangile avec Raul.  Au petit déjeuner un jour, je me suis efforcé de partager les vérités de base concernant l’Évangile avec Raul.  Nous avions une quantité très limitée de mots français en commun pour communiquer, car sa langue natale était l’espagnol.  Avec l’aide d’une serviette de table, un stylo et le Saint-Esprit, je pouvais discerner que Raul comprenait le message.  Ma première prière en français était pour amener Raul à Christ.  Après la prière, il a fouillé dans son portefeuille comme s’il voulait me payer pour la prière.  J’ai dit : « Non, non, ce n’est pas comme ça. »  Mais en réalité il tirait une image de Jésus de son portefeuille.  Puis il a dit que toute sa vie il avait voulu connaître le Jésus dans son portefeuille.  Maintenant, Raul a dit, « ce Jésus n’est pas seulement dans mon portefeuille, il est dans mon cœur. » 

J’aurais complètement manqué cette opportunité si j’avais seulement partagé l’Évangile avec ceux avec qui j’avais une relation.  La seule raison pour laquelle j’ai partagé le message, c’est parce que Dieu avait placé Raul sur mon cœur.  Même avec un vocabulaire limité et une capacité limitée de communiquer, le Saint-Esprit a rendu le message compréhensible et la vie de Raul a été changée.  Nous nous rencontrions chaque semaine pendant une année après ce petit déjeuner-là, et il est devenu un très bon ami et un disciple productif lorsqu’il est rentré en Colombie. 

Partageons Jésus avec ceux que nous connaissons.  Investissons en eux et présentons-les au Seigneur.  Mais levons les yeux et regardons autour pour voir la moisson qui est toujours autour de nous.  Des rendez-vous divins VOUS attendent !


Priez:

Seigneur, pardonne-moi pour les opportunités dont je n’ai pas profité pour partager les bonnes nouvelles de ton Évangile avec ceux avec qui je suis en contact.  Je prie que tu me donnes encore de ces opportunités, et que tu me donnes les bonnes paroles pour partager ton amour avec ceux autour de moi.  Amen. 


Pourquoi pensez-vous que vous ne partagez pas l’Évangile avec ceux autour de vous – même avec vos amis et copains ?  Que devriez-vous faire pour vous mettre à l’aise en partageant les bonnes nouvelles avec les autres ? 

Vous Connecter

Aimez-vous?

Avez-vous trouvé ceci interessant? Inscrivez-vous pour recevoir une méditation chaque semaine.

Inscrivez-vous

Related Articles

Comment devenir des Pêcheurs d’hommes?

« Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes ». Alors, comment pouvez-vous devenir un pêcheur d'hommes?

Lisez plus